Header image

Les news de la vie marine

Photographie

   
 
impression
ClOWN ET PHOTOGRAPHIE  

Nous découvrons aujourd’hui avec notre sujet le poisson clown une autre technique de prise de vue.

Nous parlerons ici de proxiphotographie plutôt que de macrophotographie réservée à des prise de vue d’être de très petite dimension, ici notre sujet mesure une dizaine de centimètres au sein d’un décor, l’anémone, de taille plus importante.

La bonne distance


A défaut d'un modèle avec téléobjectif, le respect de la bonne distance de prise de vue reste un problème majeur sous l’eau et particulièrement quand nous sommes à la distance minimale de prise de vue de votre appareil à focale fixe comprise pour la plupart entre 0,90 cm et 1,30 m.

Comme vous l’avez lu dans l’article de Corinne sur la vison dans l’eau, nous sommes difficilement capable d’apprécier la réalité des distances.
Les photographes professionnels utilise pour ce faire des piges ou des cadres adaptés à la distance de prise de vue et à la combinaison optique de l'objectif avec les tubes allonges et/ou les lentilles additionnelles.

Pour nous photographe amateur ne disposant pas de ce type de matériel nous devrons utiliser un artifice, et là place à l’imagination ! Certain mesure la longueur de leur bras ou de leur jambe avec palme mais la solution la plus simple et la moins dangereuse pour l'environnement, consiste à utiliser une référence et la meilleur que l’on dispose dans l’eau c’est son binôme. Laisser le approcher votre futur sujet et profitez de son moment de contemplation pour évaluer votre distance de prise de vue. Bien sur la connaissance de la taille de votre comparse est indispensable. Bon voila une bonne chose de faite!

Maintenant parlons un peu de la lumière.

Si vous ne disposez pas de flash additionnel, l’utilisation de la lumière naturelle ne peut être envisagée que dans des profondeurs n’excédant pas 10 mètres par jour de grand soleil. Au delà votre clown bien orangé deviendra gris et terne. Un subterfuge consiste à éclairé votre sujet avec un phare de plongée durant le temps de la prise de vue. Cette lumière devra être déportée par rapport au sujet, jamais de face, pour éviter la mise en surbrillance des suspensions dans l’eau. Votre binôme sera une nouvelle fois le bienvenu pour ce délicat exercice.

Des connaissances minimales sur la vie marine.
Une bonne connaissance des moeurs de notre espèce envisagée vous évitera bien des déconvenues et je ne peux que vous conseiller de lire l’article de Jean-François sur ce sujet.

 

 

Le poisson clown est un poisson territorial et n’hésitera pas à vous attaquer pour vous chasser de son home sweet home.

Autre problème:


les panaches de bulles qui sont émis au niveau de l'étage secondaire du détendeur. Donc, juste devant la tête du plongeur. Ils peuvent faire partie de l'ambiance, mais aussi gêner. Ce phénomène de bulles émises peut aussi causer des déboires lors des prises de vues en proxiphotographie d'animaux mobiles comme les clowns, qui sont effrayés par ce mouvement et ce bruit, prenant alors la fuite en se rétractant dans leur habitat. D'autant plus que la tête du plongeur est alors très proche et, qui plus est, que le panache se produit devant elle.

Bon tout est prêt, la lumière est bonne, votre binôme ménage ses crampes, la distance est correcte, votre stabilité est parfaite, vous respirez sur un filet d’air, mais voila lui le clown il a décidé de rentrer dans son anémone et d’attendre votre départ. Il vous faut apprendre la patience, la réussite est à ce prix.

Un dernier point, du fait de la prise de vue rapprochée vous disposez d’une faible profondeur de champs, votre arrière plan sera inévitablement flou.

Un dernier détail et de poids, n’oublier jamais qu’aucune prise de vue ne justifie que l'on traque un animal ou qu'on le mette en danger, pour l'effectuer. L'éclair du flash est toujours une agression, au moins visuelle, pour celui qui y est soumis (même pour un humain, et à plus forte raison avec un animal).

Jean-Pierre